Demande de permis de construire poulailler 19/05/2020

Vous trouverez en affichage public, sur les panneaux , devant la mairie, une demande de permis de construire, datée du 7/05/2020, au 3  du lieu-dit  La forêt à Aigné, d'un poulailler pour 30000 poules de plein air et de son annexe un bâtiment fientes.
Références cadastrales ZR0010

Écrire commentaire

Commentaires: 9
  • #1

    willaert michel (mercredi, 20 mai 2020 16:49)

    Bonjour
    Depuis quelques années, beaucoup de citoyens souhaitent une agriculture à dimension humaine. Ouest France ce jour, annonce l'euthanasie aux états unis de 10 millions de porcs , qui seront ensuite incinérés. Quel bilan pour la planète, quel gâchis quand la famine règne dans de nombreux pays, on peut ajouter autant de poussins qui ont été broyés, le tout provenant d'élevages intensifs . Nous ne pouvons admettre une exploitation de 30000 poules sur notre commune. Je souhaiterai que notre municipalité diffuse largement cette demande , qui ne manquera pas de susciter de nombreux commentaires. Y aura t'il une enquête publique? Bien cordialement

  • #2

    Eric VIEILLOT (mercredi, 20 mai 2020 20:16)

    Bonsoir,
    Il est dommage d'apprendre via le site de la mairie, qu'un permis de construire a été déposé pour poulailler et proche de chez soi.
    Je rejoint Michel WILLAERT sur une enquête publique, et de l'utilité de celui-ci ?
    Dans l'attente de vous lire.
    Cordialement,

  • #3

    Loïc Jouvin (mercredi, 20 mai 2020 21:19)

    Bonjour, j'ai soumis ma requête à Le Mans Métropole de pouvoir diffuser ce projet de permis de construire aux habitants, avec tous les documents, mais la réglementation m'interdit de les rendre public (comme pour un particulier d'ailleurs). Vous ne pouvez donc prendre connaissance que de la demande affichée à l'entrée de la mairie sur les panneaux d'affichage. Si j'ai bien lu la réglementation sur Internet, le seuil de 30000 poules oblige l'exploitant à déclarer son installation et à attendre l'autorisation de permis de construire mais ne le contraint pas à faire une étude d'impact qui est plus lourde et nécessite une autorisation. Si vous souhaitez de plus amples renseignements, je vous invite à contacter monsieur Alain Chesne, adjoint à l'urbanisme en charge de ce dossier. Respectueusement.

  • #4

    Renault Stéphane (vendredi, 12 juin 2020 18:02)

    Nous venons en regret de apprendre une explication en face de notre domicile et sans enquête de voisinage . Et l apprendre ainsie est regrettable .

  • #5

    Loïc Jouvin (samedi, 13 juin 2020)

    Bonjour, vous pouvez retrouver un article à ce sujet sur le journal Les Alpes Mancelles du vendredi 12 juin 2020. On y apprend qu'un avis défavorable a été adressé en réponse à la demande. A ce jour aucun compte rendu officiel n'a été envoyé à l'ensemble des membres du conseil suite aux remarques et interrogations portées par les uns et les autres. Je ne peux donc vous donner le détail de l'avis porté. Monsieur Chesne, en charge de ce dossier, serait à même de vous informer plus précisément. Je suis d'accord avec votre remarque.
    Loïc JOUVIN, adjoint à la communication.

  • #6

    michel willaert (mardi, 16 juin 2020 18:51)

    vorable
    Une demande de permis de
    construire est arrivée début mai
    en mairie concernant un poulailler de 30 000 poules pondeuses
    au lieu-dit « la forêt ». Alain
    Chesne, adjoint à l’urbanisme,
    a alors convoqué, le 14 mai, la
    commission concernée pour une
    réunion en visioconférence avec
    le porteur du projet qui leur a
    présenté et expliqué les différents stades d’évolution. « Pour
    un complément d’informations et pour nous rendre
    compte par nous-même, nous
    sommes allés le lundi 25 mai
    visiter une exploitation du
    même type installée depuis
    huit mois à Saint-Sabine. Nous
    avons également téléphoné
    à d’autres exploitations en
    Sarthe pour nous faire confirmer les explications, notamment le devenir des fientes.
    Celles-ci sont évacuées tous
    les jours à l’aide d’un tapis
    roulant dans un bâtiment
    annexe pour y être séchées
    avant de servir d’engrais. Partout, on nous a confirmé que
    ce type de procédé n’attirait
    pas les mouches qui ne sont
    attirées que par les fientes
    humides », explique le premier
    adjoint. « J’ai ensuite convié
    le conseil municipal le 28 mai
    pour que nous prenions position sur l’avis que le maire
    doit rendre. Avec les présents,
    nous avons étudié tous les
    points et avons décidé de
    rendre un avis défavorable. Le
    dossier est donc reparti pour
    instruction auprès des services
    de Le Mans métropole. ».
    Précisons que le poulailler engloberait une surface de quinze
    hectares (avec 12 ha extérieurs
    obligatoires), que les œufs seraient de qualité de niveau 1 en
    bio, ils seraient mis en boîte à La
    Bazoge et seraient produits sous
    fabrication FQC plein-air pour les
    magasins Carrefour.
    Pour les habitants qui ne lisent pas Les Alpes mancelles Cordialement

  • #7

    Pineau B (mardi, 23 juin 2020 22:00)

    Il n existe pas de campagne , pas de paysages sans agriculteurs. Quelle âme souhaite t on insuffler à notre commune, une cité dortoire boboïsante aux mains du Mans Métropole ou une commune qui conserve son âme rurale en permettant à des agriculteurs de créer de la richesse pour la commune tout en portant des valeurs écologiques et éthiques. Cela est surprenant de refuser un permis de construire quand on respecte la loi sur les icpe, quand on porte un projet ou les animaux sont en plein-air. Cela reflète bien les incohérences de notre société, plus de bien etre animal,plus d écologie, plus de ruralité, plus de circuits courts ...mais pas chez nous , mais pas dans nos actes d achats .L ignorance du bien est la source du mal..
    Un citoyen exaspéré.

  • #8

    Loïc Jouvin (lundi, 29 juin 2020 21:42)

    Bonjour Monsieur Pineau,
    Merci de nous avoir fait partager votre point de vue. Nous vous tiendrons au courant de l'évolution du projet le temps que la nouvelle équipe municipale s'approprie les nombreux dossiers en cours.

  • #9

    willaert michel (vendredi, 03 juillet 2020 11:40)

    bonjour
    Désolé Mr Pineau, si mes propos vous ont heurtés. Peut être me suis je mal exprimé. De tous temps j'ai défendu le monde agricole, mais une agriculture paysanne, et non industrielle. source de profits, emploi de main- d'oeuvre sous payée, de gâchis, de pandémies, il n'y a pas si longtemps , l'abattage des canards dans tout le pays, la peste porcine qui revient en Chine. Oui je souhaite qu'il reste des agriculteurs sur notre commune, se sont eux qui entretiennent gratuitement la nature. Certains depuis quelques temps pratiquent la couverture des sols toute l'année, ainsi que le non labour et la plantation de haies vives. Je suis loin d'être un bobo de la ville comme vous avez pu le penser; mes achats alimentaires sont effectués à 90% chez les producteurs locaux. Ma critique venait surtout de l'absence d'information sur ce projet qui intéresse tous les citoyens. Nous nous trouvons si souvent devant des faits dont quelques initiés ont eu connaissance. Bien cordialement